#ATIFstories | Découvrez le parcours de notre Responsable d'Activité Sécurité Technique !

Après 6 années chez ATIF, Thierry est aujourd’hui responsable de l’Activité Sécurité Technique. Il nous raconte son parcours et ses différentes missions au sein de l’entreprise.

Quel a été ton parcours scolaire et professionnel avant d’arriver chez ATIF ?

J’ai commencé par une Licence en Sciences Économiques puis j’ai fait mon service militaire qui a duré 8 mois.

Étant pongiste (joueur de ping-pong) au niveau national, j’ai eu l’opportunité de travailler dans le club sportif où je jouais. Je me suis occupé de la gestion du club pendant 4 ans. Ensuite, j’ai travaillé dans la gestion de patrimoine à l’Union Financière de France pendant environ 10 ans. En tant qu’auto-entrepreneur, ça a été une expérience très intéressante mais aussi très stressante. En parallèle, j’ai également commercialisé des panneaux photovoltaïques. Au bout de ces 10 ans, j’ai décidé d’arrêter ce métier. C’est à ce moment-là que je suis arrivé chez ATIF !

Quel a été ton parcours chez ATIF jusqu’à aujourd’hui ?

Je suis arrivé chez ATIF sur le second trimestre 2015, pour intégrer l’aventure TLN (Tangentiel Légère Nord) entre Épinay Sur Seine et Le Bourget en tant qu’Adjoint Logistique.

Il s’agissait du projet de création Tram-Train aujourd’hui en fonction sous le nom de T11 express. Au préalable, n’ayant aucune connaissance ferroviaire, j’ai suivi les formations, pendant une semaine, RZT (Responsable Zone Travaux) et RELF (Responsable Exploitation Ligne Fermée). Suite à la réorganisation de l’équipe dirigeante du projet TLN, on m’a confié le rôle d’adjoint RETLN (Responsable d’Exploitation TLN) durant 6 mois. Puis, en février 2016, l’activité COSEF a commencé à gagner d’autres chantiers (tels que Poitiers et Bordeaux) mais le responsable COSEF a du quitter le chantier. De ce fait j’ai eu la responsabilité du chantier en prenant le poste de RETLN, avec, pour missions par exemple : le recrutement, la formation, être garant du chantier pour la phase REA avec le MOE, la gestion de la veille niveau 1, la facturation client et la relation avec la MOA. Je suis resté sur ce poste de RETLN jusqu’en avril 2017.

À la fin du chantier TLN, j’ai été affecté à l’activité Assistance Technique pour démarrer et développer les missions HTI/RSO.

En partant d’une feuille blanche, tout a du être mis en place avec l’appui du Responsable d’Activité. Les premières missions HTI/RSO ont débutées en mai 2017 avec seulement 5 agents sortant de formation initiale dont les pionniers Stéphane HODEMON, Ricardo ALVES et Michaël HENRION.

En parallèle de cette mission AT, j’ai tenu pendant 3 mois le poste de Responsable de Prestation sur le projet de rénovation Tram T4 (groupement ATIF – SAGES) avec une cinquantaine d’agents présents sur le chantier. Accompagné de Jérémy DEBRAULT qui débutait en tant qu’OSR, je supervisais la prestation globale du chantier (qualité de prestation, suivi travaux, gestion de la MOA, MOE). À la fin de chantier T4, je me suis concentré sur le développement de la cellule HTI/RSO (création de procédures internes et développement des missions).

Suite à la réorganisation de l’entreprise en janvier 2021, je suis devenu Responsable d’Activité suite à la création l’Activité Sécurité Technique. Aujourd’hui, je pilote l’activité dans sa globalité (aspects financiers / contractuels, suivi qualité des missions, management de 30 agents, gestion de la veille du personnel et de la montée en compétences, etc).

Quel parcours ! Et pourquoi as-tu choisi de travailler dans le monde ferroviaire ?

Je suis arrivé dans le secteur ferroviaire totalement par hasard ! J’ai eu l’opportunité par l’intermédiaire du responsable de l’activité CE, Alain GIRARDOT.

Quels ont été les évènements marquants depuis que tu es arrivé chez ATIF ?

Je vois 3 évènements qui m’ont particulièrement marqué.

Premièrement, j’ai eu la chance d’intervenir sur des projets porteurs comme TLN, T4 qui ont été des beaux projets pour ATIF.

Ensuite bien sûr, la création, avec Ludovic, et l’évolution de la cellule HTI/RSO qui est devenue une activité à part entière comptant 30 agents.

Pour finir, les différentes rencontres au sein d’ATIF que je qualifierais de richesse de l’entreprise qui m’ont permis d’évoluer, d’apprendre et de monter en compétences.

Quel est ton meilleur souvenir chez ATIF ?

Ce sont les soirées d’échanges entre collègues après une bonne journée de travail !

Quel est ton atout infaillible pour exercer ton métier ?

La rigueur, l’organisation et une vision d’ensemble ! Il faut sans cesse anticiper les imprévus. De plus, avec André et Ricardo, nous nous devons d’être rigoureux dans la manière d’exercer l’encadrement, promouvoir l’esprit d’équipe ST et gommer les comportements individualistes. Enfin, ce qui me tient à cœur, c’est de faire monter les gens en compétences en fonction de leur volonté tout en les faisant adhérer au projet ATIF, qu’ils soient fiers de leur métier et d’être un ATIFiens/iennes.

Que préfères-tu dans ton métier ?

J’aime tout ! Mais comme je l’ai déjà dit, j’aime particulièrement voir mes équipes progresser grâce à la montée en compétences interne. J’aime aussi travailler dans l’urgence, trouver les solutions et travailler en collaboration avec les autres entités. On est solidaires chez ATIF.

Peux-tu me raconter une journée type ?

Oula, il n’y a pas de journée type.

Si je devais résumer une semaine grosso modo je m’occupe de la rédaction d’appels d’offre, de la relation commerciale, de la gestion des incidents chantiers, des réunions hebdomadaires d’avancement de chantier avec les clients, des réunions de démarrage pour les nouvelles missions, planning court terme –moyen terme, etc. En parallèle, il faut gérer beaucoup d’appels téléphoniques et/ou visios (clients, agents, services supports).

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent se lancer dans le milieu ferroviaire ?

De se lancer ! Le milieu ferroviaire est un secteur porteur ! Il faut être curieux, car il y a toujours quelque chose à apprendre ou une expérience à retenir

Sans oublier qu’il faut être irréprochable sur la sécurité ferroviaire, aussi bien pour soi que pour les autres.

Comment décrirais-tu ton métier en 3 mots ?

En 3 mots !? C’est trop compliqué. Je dirais :

  • La réactivité et la polyvalence ;
  • La rigueur en matière de sécurité ;
  • L’efficacité dans la prise de décision.

Et surtout, il est primordial d’instaurer un climat de confiance et encourager/favoriser la remontée d’informations que ce soit pour les bonnes pratiques ou les accidents / quasi accidents qui peuvent arriver.

Le mot de la fin ?

Grâce aux différentes opportunités chez ATIF, avec de la motivation et beaucoup de curiosité je m’aperçois que beaucoup ont eu la possibilité d’évoluer. En partant du terrain il y a quelques années, aujourd’hui certains ont intégré avec succès la mission de sécurité ferroviaire (Guichet Unique) au sein de l’agence IDF. D’autres ont eu l’opportunité d’être formés HTIv, ce qui à mes yeux, est une montée en compétence technique remarquable.

Merci à Thierry d'avoir répondu à cette interview et de s'être livré sur son quotidien !